L’Assemblée des lieux intermédiaires de Marseille est créée !

A l’occasion du Commons Camp-Marseille (17/19 janvier 2020), s’est constituée une Assemblée des Lieux Intermédiaires et Indépendants marseillais dont vous trouverez la déclaration ci-après.

Durant ces rencontres, les participants venant de toute l’Europe se sont préoccupés de commun(s) du point de vue des pratiques d’occupation d’espaces, du droits d’usage, des droits culturels à travers trois grands axes de travail : les enjeux de documentation (quel récit commun des lieux intermédiaires marseillais ?), les enjeux juridiques (droit d’auteur ; droit culturels ; droit d’usage et propriété foncière ; droit du travail et notamment problématique du rapport de subordination dans le travail artistique)  et les enjeux de co-construction avec la puissance publique (notamment, quelles perspectives pour co-construire une politique publique entre les lieux intermédiaires et la Ville de Marseille).

Cette déclaration en commun(s) des lieux intermédiaires marseillais est un premier pas nécessaire pour croiser nos visions et nos pratiques qui touchent à la gestion des espaces urbains, au modèle de société, à la place de la société civile dans les décisions, au rôle de la création, de la créativité…

L’assemblée des lieux intermédiaires de Marseille, constituée en ce jour du 17 janvier 2020, déclare :

  • Sa solidarité à Mains d’Œuvres, pionnier des lieux intermédiaires, dans son combat juridique pour retrouver l’usage de son lieu comme aux habitants de Saint Ouen, qui, à travers leur engagement auprès de Mains d’Œuvres, luttent pour la reconnaissance de leurs droits culturels ;
  • Partager et défendre les initiatives qui mettent en œuvre des alternatives solidaires, écologiques, démocratiques, féministes, anti-racistes et décoloniales, à travers leur organisation en commun(s) ;
  • Se donner comme objet de développer la maîtrise d’usage des citoyens contre les prédations du droit de propriété. Elle visera notamment à mettre en œuvre les droits culturels des marseillais à travers la pratique des lieux intermédiaires, au service de l’intérêt général ;
  • Enfin, l’assemblée dénonce à ce titre les politiques publiques organisant le transfert de l’intérêt général vers des modes de gestion centrés sur les intérêts privés, dans tous les domaines de la vie publique (réforme de retraites, privatisation des hôpitaux de Paris, réforme de l’enseignement supérieur, vente des barrages hydroélectriques…) et notamment dans le cas de l’aménagement du territoire et des pratiques d’occupation d’espace et d’urbanisme transitoire ;
  • De la même manière, l’assemblée rappellera en chaque occasion à ses devoirs la puissance publique en matière de droits culturels, au nom de l’intérêt général.

Etaient réunies ce jour pour y travailler :

  • Christophe Apprill
  • Arandjel Bojanovic, Hacklab Belgrade (Hackerspaces.org)
  • Josselin Carlo, itinérance à vélo
  • Virginie Carter, Lezarapart
  • Catherine Charléty, groupe Les Pas Perdus, Pillard-Marseille (Artfactories/autresparts)
  • Nicolas Détrie, Coco Velten et Foresta (Nouvelles urbanités, Lieux infinis)
  • Yves Favrega, Comptoir de la Victorine
  • Frédérique Fuzibet, Théâtre de la Mer, Réseau associatif marseillais de lutte contre les discriminations liées aux origines
  • Emmanuelle Gourvitch, Le Grand Comptoir de la Victorine (Synavi)
  • Maxime Guennoc, Yes We Camp
  • Rob Ireson, Living Commons, Cork (Irish Commons Assembly)
  • Pascale Irrmann, Rezo Pro Spec
  • Dorine Julien, groupe Les Pas perdus, Usine Pillard (Artfactories/autresparts)
  • Yaëlle Lucas, La Déviation, (Artfactories/autresparts, Cnlii, Synavi)
  • Claude Paraponaris, Ars Industrialis
  • Charlotte Pelouse, Le Couvent
  • Christoph Pennig, Asilo (Naples)
  • Perrine Quenu, Sud Side, Cité des arts de la rue
  • Yann Ribet, Grenoble
  • Angelique Siar, atelier Kitoko (Association Sisters Act)
  • Elven Sicard, Théâtre de l’Œuvre
  • Viviane Sieg, Cité des arts de la rue
  • Karine Terlizzi, Le Couvent
  • Manu Théron, Compagnie Lamparo (Décoloniser les arts)
  • Colette Tron, Alphabéville (Friche Belle de Mai)
  • Catherine Verrier, Le Zef (Artfactories/autresparts)
  • Oriane Zugmeyer, 3bisF (Artfactories/autresparts, Cnlii)

Vous souhaitez rejoindre la dynamique ? Ecrivez-nous à : alim(at)cnlii.org

et/ou signez la déclaration ci-dessus pour confirmer votre intérêt…

Dernières Signatures
4 Patrick R. Théâtre Marie-Jeanne Fév 11, 2020
3 Jean G. Le Théâtre Volant Fév 06, 2020
2 Roland D. La Ferronnerie/ Maïrol Cie Fév 05, 2020
1 Mme Catherine C. Les 8 Pillards Jan 28, 2020

Rejoindre l'assemblée des lieux intermédiaires et indépendants de Marseille

Partager avec vos amis:

   

déclaration affichée dans la salle du Commons Camp le 17 janvier 2020

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à L’Assemblée des lieux intermédiaires de Marseille est créée !

  1. fuzibet frédérique dit :

    Bonjour, Je suis Frédérique Fuzibet, je travaille actuellement au Théâtre de la mer. j’étais présente à la journée du vendredi et ai participé au débat sur les lieux intermédiaires marseillais.
    MAIS :
    1°) en aucun cas je ne suis habilitée à m’engager au nom du Réseau marseillais de lutte contre les discriminations à l’origine. En conséquence, Merci d’enlever la signature de ce réseau de la liste des signataires.
    2°) actuellement, ni le Conseil d’administration ni l’ensemble de l’équipe professionnelle du Théâtre de la mer n’ont acté une quelconque signature de quoi que ce soit.
    En conséquence, merci de laisser apparaître mon nom mais d’enlever pour le moment la structure Théâtre de la mer des signataires.
    3°) c’est ici l’occasion d’attirer l’attention de tous sur la nécessité de s’interroger sur les modalités précises des signatures : individuelles ? personnes morales ?
    4°) Pour terminer, j’avais personnellement demander à ce que les réformes de l’Education Nationale soit mentionnées au même titre que cette des retraite mais je vois qu’ici, la réforme concernant l’E.N. se trouve réduite à celle de l’enseignement supérieur. Dommage pour les générations futures… et pour tous les enseignants en lutte actuellement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *